Infos SSL et sécurité réseaux

Archive mensuelles: mai 2018

RGPD : la sécurité est essentielle pour la protection des données à caractère personnel

La CNIL : acteur central de la protection des données en France

Autorité de contrôle pour la protection des données à caractère personnel en France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) est chargée de veiller à la bonne application du RGPD en France.
Elle est également chargée d’accompagner les entités publiques et privées engagées dans leur démarche de mise en conformité avec le règlement.
Retrouvez toutes les recommandations de la CNIL sur son site Internet.

LA sécurité au service de la protection des données à caractère personnel

Adopté le 27 avril 2016 par l’ensemble des États membres de l’Union européenne (UE) et le Parlement européen, applicable à partir du 25 mai 2018, le RGPD harmonise et renforce les règles applicables en matière de protection des données à caractère personnel sur le territoire de l’UE.

Parmi les exigences fixées, la sécurité des données occupe une place centrale.

En invitant toutes les entités publiques et privées concernées à faire face au risque numérique, le RGPD participe à accroître le niveau général de sécurité numérique en France.

Il vient ainsi compléter d’autres dispositifs règlementaires concourant au renforcement de la sécurité numérique, jusqu’à présent limités à un nombre restreint d’organisations(LPM, directive NIS).

 

 

Le kit pour « la sécurité des données »

En plus des recommandations de la CNIL en matière de sécurité des données (voir encadré) et dans le contexte de la nécessaire sécurisation des données à caractère personnel, l’ANSSI met à disposition, à partir d’aujourd’hui, le « kit de la sécurité des données » : management du risque, bonnes pratiques, sensibilisation, équipements et services de confiance… autant de ressources méthodologiques et pratiques, de recommandations et d’outils utiles aux entreprises de toutes tailles, administrations et collectivités soucieuses de renforcer la sécurité des données.
> Le « Kit de la sécurité des données »

 

Powered by WPeMatico

Publication du décret d’application pour la directive européenne Network and Information Security (NIS)

La directive Network and Information Security (NIS) vise à l’émergence d’une Europe forte et de confiance, qui s’appuie sur les capacités nationales des Etats membres en matière de cybersécurité, la mise en place d’une coopération efficace et la protection des activités économiques et sociétales critiques de la nation, pour faire face collectivement aux risques de cyberattaques. Le décret en Conseil d’Etat, publié le 25 mai 2018, précise les mesures d’application de la loi et renvoie à des arrêtés d’application pour certaines modalités.

 

 La transposition de la directive NIS

En tant que cheffe de file nationale, l’ANSSI a suivi la négociation de la directive et pilote depuis plus d’un an les travaux de transposition, en concertation avec les ministères, les différentes parties-prenantes nationales et ses partenaires européens afin de répondre aux enjeux défendus par ce premier texte européen en matière de cybersécurité.

La Directive NIS intervient dans le prolongement du dispositif de cybersécurité des opérateurs d’importance vitale (OIV), introduit en France en 2013, et permet de renforcer la protection d’acteurs indispensables à la vie quotidienne de nos concitoyens.

 

Les grands objectifs de la directive NIS

La directive européenne NIS répond à 4 enjeux majeurs :

Tout savoir sur la directive NIS

 

Services essentiels et opérateurs de services essentiels (OSE)

La mise en œuvre de ce dispositif est progressive. Faisant le choix d’une transposition ambitieuse, la France a établi une liste de services essentiels, suite aux consultations menées par l’ANSSI avec des acteurs publics et privés et ses partenaires européens. Cette liste, que détaille le décret, désigne, au-delà de l’annexe II de la directive,  de nombreux secteurs essentiels au fonctionnement de l’économie et de la société française dont les assurances, la logistique, les organismes sociaux ou encore la restauration collective.

Se fondant sur cette liste, le Premier ministre désignera des opérateurs de services essentiels, avec les recommandations des ministères du secteur d’activité concerné et de l’ANSSI.

Parmi leurs obligations, les OSE devront appliquer les règles de sécurité élaborées par l’ANSSI et conformes aux recommandations émises par le groupe de coopération dans le cadre de la Directive NIS et où l’ANSSI prend une part active. Ces règles, dont les chapitres sont repris dans la loi, définissent une méthodologie innovante pour la maîtrise du risque cyber basée sur une approche de management des risques :

  • La gouvernance de la sécurité des réseaux et systèmes d’information ;
  • La protection de la sécurité des réseaux et systèmes d’information ;
  • La défense de la sécurité des réseaux et systèmes d’information ;
  • La résilience des activités.

La publication prochaine d’arrêtés précisera les règles de sécurité ainsi que les modalités de déclaration auxquels les OSE et les FSN seront soumis.

Une question concernant les OSE et leurs obligations ? Consultez notre foire aux questions.

 

Fournisseurs de service numérique

Le décret en Conseil d’Etat renvoie au Règlement d’exécution 2018/151 de la Commission du 30 janvier 2018  qui précise les éléments à prendre en considération par les fournisseurs de service numérique pour gérer les risques qui menacent la sécurité des réseaux et des systèmes d’information ainsi que les paramètres permettant de déterminer si un incident a un impact significatif.

Le décret précise également les obligations des Fournisseurs de service numérique vis-à-vis de l’ANSSI. Les FSN seront par ailleurs soumis à des contrôles de sécurité.

Pour tout renseignement complémentaire sur les Fournisseurs de service numérique, rendez-vous sur notre foire aux questions.

 

nis infographie_fr

 

Powered by WPeMatico

Conférence « CYBER DEFENCE PLEDGE » – L’OTAN fait face aux risques numériques

cyberdefense_pledge_anssi_visuelCe colloque fait suite à l’annonce de la ministre des Armées Florence Parly d’accueillir le premier colloque « Cyber Defence Pledge » à Paris. Cet événement revient sur l’action menée par les alliés dans le cadre du « Cyber Defence Pledge » et sur leur engagement en faveur de la cyberdéfense.

 

Qu’est-ce que le « CYBER DEFENCE PLEDGE » de l’OTAN

Avec le « Cyber Defence Pledge », les pays de l’Alliance du Conseil de l’Atlantique nord se sont collectivement engagés à renforcer et améliorer leurs moyens de cyberdéfense pour leurs infrastructures et leurs réseaux nationaux. Une démarche qui, conjuguée à l’adaptation des capacités de cyberdéfense de l’OTAN, renforce le dispositif de cyberdéfense et la résilience globale de l’Alliance.

Il prévoit notamment le développement des moyens de défense des infrastructures et des réseaux nationaux, mais aussi l’amélioration et le partage des compétences et des connaissances ainsi que l’engagement pour la formation et les entraînements en matière de cyberdéfense.

Afin de suivre les progrès relatifs à ces engagements, les États se livrent à un compte rendu lors d’un cycle d’évaluation annuel.

 

Le premier colloque de cyberdéfense de l’OTAN

L’organisation du premier colloque dans le cadre du « Cyber Defence Pledge » en France est une initiative qui rappelle que le défi permanent de la cybersécurité ne peut être relevé que collectivement.

L’engagement des Alliés au « Cyber Defense Pledge » est pris au plus haut niveau. Il traduit la prise en compte des enjeux stratégiques du numérique.

Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, est intervenu à ce titre pour revenir sur les ambitions et les enjeux de cette coopération au sein de l’OTAN.

Le cycle d’évaluation est ainsi l’occasion de faire le point sur les actions et les avancées des États. Il incite à une juste ambition en matière de cyberdéfense, mais doit aussi encourager à la vigilance.

Pleinement engagée dans la démarche d’évaluation du « Pledge », la France a insisté sur l’importance de cette initiative pour le partage et la valorisation des savoir-faire nationaux et des outils capacitaires.

À cette occasion, l’ANSSI s’est attardée sur la nécessité d’appliquer les bonnes pratiques de l’hygiène informatique, qui s’accompagne nécessairement d’une démarche de sensibilisation à la sécurité du numérique .

L’occasion de rappeler, une fois encore, que pour la France, la maîtrise du risque cyber reste une priorité, à l’heure ou la meilleure défense face à la menace, reste la défense.

 

Powered by WPeMatico

Les « rencontres cybersécurité Occitanie »

Le quotidien ToulEco, en partenariat avec la région Occitanie, organise pour cette quatrième année un événement régional sur le thème de la sécurité des données.

Un événement qui réunit les acteurs du numérique de la région Occitanie et les entreprises et collectivités autour des défis de la protection des données et de la sécurité du numérique.
L’ANSSI aura l’occasion d’intervenir pour présenter les enjeux de la sécurité du numérique et les mesures et bonnes pratiques indispensables pour y répondre.

 

cyber-secu_occitanie_logoCyril CUVILLIER, sous-directeur adjoint des relations extérieures et de la coordination, y abordera la nécessité d’anticiper la menace, notamment par l’adoption de mesures d’hygiène informatique indispensables.

Jérôme Notin, directeur général du GIP ACYMA interviendra au cours de la matinée pour présenter cybermalveillance.gouv.fr, le dispositif gouvernemental contre la cybermalveillance, qui a pour mission de prévenir et aider la population ainsi que les PME/TPE en matière de sécurité numérique.

Enfin, pendant les rencontres, les chefs d’entreprises ainsi que les représentants des collectivités locales pourront rencontrer l’ANSSI sur son stand.

Programme et inscription : www.cybersecurite-grandsud.fr

 

Powered by WPeMatico

Sécurité économique et Numérique : vos rendez-vous en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Dans un univers où la compétition est devenue globale avec une concurrence intensifiée et où la transformation numérique est une formidable opportunité de croissance, les entreprises sont exposées à un nombre croissant de risques susceptibles de les déstabiliser ou même de menacer leur pérennité et leur image. Intrusions, vol ou perte de données sensibles, atteintes au savoir-faire ou à la réputation, sabotage, fraude au président, nul n’est aujourd’hui à l’abri des menaces, et contrairement aux idées reçues, les PME sont particulièrement concernées. A ce contexte, s’ajoute la protection des données personnelles, objet d’un règlement européen (RGPD) qui rentre en vigueur le 25 mai 2018.

Au travers de tables rondes et de présentation d’acteurs du numérique, de la sécurité numérique et économique, ces évènements apportent aux entreprises et aux collectivités territoriales des réponses pratiques et adaptées à leurs problématiques, face aux risques d’atteintes au patrimoine matériel et immatériel de leur organisation.

 

Les inscriptions sont ouvertes :

#Secunemeco Alpes Maritimes à Nice
jeudi 17 mai, 9h – CCI de Nice : 20, boulevard Carabacel, 06000 Nice – Inscription et programme détaillé

Organisateurs : CCI, Gendarmerie, ANSSI
Partenaires : Préfecture des Alpes Maritimes, CISSE, IHEDN, Telecom Valley – Cloud et Sécurité, Clusir PACA

 

#Secnumeco Vaucluse à Avignon
mardi 22 mai, 9h30 – Campus de la CCI de Vaucluse : allée des Fenaisons, Avignon – Inscription et programme détaillé

Organisateurs : Préfecture du Vaucluse, CCI, ANSSI

 

Powered by WPeMatico

Locked Shields – La France, première nation au classement de l’exercice de Cyberdéfense organisé par l’Otan

Locked Shields se déroulait les 25 et 26 avril et a réuni plus de 1000 participants, au sein de 22 équipes qui représentaient 30 Nations. Il s’inscrit ainsi comme le plus grand exercice de Cyberdéfense en temps réel au monde.
L’objectif de cet évènement d’ampleur est de renforcer le dialogue et la coopération entre les experts techniques, civils et militaires, au sein des membres de l’OTAN. Le jeu intègre un volet technique et stratégique, qui permet aux nations participantes d’éprouver toute la chaîne de commandement en cas d’incident cybernétique grave, avec pour but final de protéger des systèmes virtuels face des vagues d’attaques simulées.

 

Les Nations impliquées, dont la France représentée par l’ANSSI et le COMCYBER du ministère des armées, regroupées au sein d’une « Blue Team », ont œuvré ensemble pour contrer les différentes cyber-attaques orchestrées par la « Red Team » adverse, éprouvant leurs capacités de défense collective et leurs expertises respectives, mais aussi leur coordination.
L’équipe des défenseurs a ainsi protégé jusqu’à 4000 systèmes fictifs face à 2500 attaques.

 

locked-shields 2018_exercice

Credits : CCDCOE, photographe Arno Mikkor

Basé sur système de comptabilisation de points, cet exercice de coopération demeure aussi une compétition entre les pays engagés, où la France a pu s’inscrire au classement comme la première des nations participantes et la deuxième au classement général.

 

Powered by WPeMatico

SecNumEco – Sécurité numérique et sécurité économique : retours d’expérience pour les entreprises et les collectivités territoriales

secnumeco_19-20juin2018_visuelLes entreprises et les collectivités vivent de profondes mutations : globalisation de l’économie, transformation numérique, évolutions du cadre réglementaire, etc… A cela s’ajoutent des menaces permanentes de la part d’acteurs mal intentionnés ou d’une criminalité innovante à la recherche de profits immédiats.

La méconnaissance de ces évolutions et des risques associés peut avoir des conséquences dramatiques pour l’économie et l’emploi de nos territoires : captation illégale d’innovations, entrave à l’activité économique, fermeture d’entreprises, perte de compétitivité, rachat des fleurons économiques, perte de souveraineté. Autant d’exemples qui illustrent encore la nécessité, pour les entreprises de toutes tailles, de relever les défis de la sécurité du numérique et de la protection économique.

A travers deux évènements brestois, l’un ouvert à tout public (19 juin soir à la CCI métropolitaine de Bretagne Ouest), l’autre réservé aux professionnels (20 juin, auditorium des Capucins), plusieurs démonstrations et retours d’expériences seront présentés.
Au programme notamment : les méthodes des attaquants, un premier bilan de la plateforme nationale « cybermalveillance.gouv.fr », les pièges à éviter pour se mettre en conformité avec le règlement européen pour la protection des données personnelles (RGPD) ainsi qu’un retour sur le dispositif de protection du potentiel scientifique et technique de la nation (PPST).

 

Informations pratiques

Soirée conférence puis débat du 19 juin 2018 (ouverte à tous)
Lieu : CCI métropolitaine de Bretagne Ouest – Brest
Plan d’accès : 1, place du 19ème RI
Ouverture des portes dès 17h30.
Début des interventions à 18h00, fin de séance à 20h00.
Inscription à l’adresse www.bretagne-ouest.cci.bzh/node/4627 avant le mercredi 13 juin 2018, minuit.

 

Colloque du 20 juin 2018 (réservé aux professionnels)
Lieu : Auditorium des Ateliers des Capucins, Brest (Plan d’accès)
Ouverture des portes dès 9h00.
Début des travaux à 9h30, fin des travaux vers 16h30.
Inscription à l’adresse Secnumeco2018_Brest[at]ssi.gouv.fr avant le mercredi 13 juin 2018, minuit.

Consultez le programme

Powered by WPeMatico